Fiche pays Equateur

Équateur

Dénomination officielle du pays : République de l'Équateur
Capitale : Quito
Superficie : 283 560 km²
Population : 14 306 876 habitants
Peuples et ethnies : On compte en Equateur quatre principaux groupes. Les métis sont de loin le groupe le plus important en termes de démographie puisqu'ils représentent aujourd'hui à eux seuls plus de 65 % de la population. Viennent ensuite les Amérindiens qui se placent en seconde position avec une importance démographique avoisinant les 25 %. En troisième position, avec 7 % de la population, se situent les Européens et les Créoles dont les ancêtres étaient les colons espagnols. Enfin, avec seulement 3 % de population, les afroéquatoriens divisés entre les Mulatos et les Zambos, et qui sont vraiment une minorité. Il n'est pas rare de croiser d'autres ethnies venues par exemple construire des ouvrages d'art comme ce fut le cas lors de la construction des voies ferrées assurant les liaisons entre Quito et Guayaquil ou encore Quito et San Lorenzo. Ainsi, au XIXe siècle, beaucoup de Chinois arrivèrent en Equateur, ce qui explique la présence de nombreux restaurants et épiceries chinois ouverts par leurs descendants. Des commerçants coréens ou libanais se sont de la même façon installés à Guayaquil.
Langues : Espagnol, Kichwa et Shuar
Religion : La pratique de la religion en Equateur ne répond pas nécessairement aux standards des pratiques. Selon la CIA World, 95 % des Équatoriens en 2009 seraient catholiques, bien que la majorité ne soit pas pratiquante et pour ceux qui le sont comme les indigènes de la Sierra les Kichwa, la religion catholique n'a rien à voir avec celle qui est pratiquée de façon romaine. La leur, serait plutôt un mélange de religion ancestrale et de catholicisme.
Bon nombre de religions, pour la majorité dérivées du christianisme, sont pratiquées dans ce pays. Guayaquil par exemple en compte 15. Avec un important développement rencontré dans les années 60 et 70, les églises évangéliques se multiplient rapidement et tendent à jouer en plus d'un rôle religieux, un rôle politique par le biais notamment du mouvement créé par la FEINE dirigeant les organisations évangéliques du pays. Enfin, Mormons et témoins de Jéhovah sont également présents de façon importante.
Régime politique : République
Président : Rafael Correa
Monnaie : Dollar américain


Histoire

Le pays tire son nom tout simplement de la ligne équatoriale qui le traverse. On le doit à trois scientifiques français qui lors d'une mission durent lui donner un nom. Se basant sur sa localisation géographique, Charles Marie de la Condamine, Louis Godin et Pierre Bouguer, le nommèrent l'Equateur.
Bien que le peuple Valdivia fut le premier que l'on remarqua historiquement entre 3000 avant J.-C et 1500 avant J.-C, il semble vraisemblable, que bien que n'en ayant pas de traces concrètes, les premières civilisations équatoriales remonteraient à 12 000 ans !
Les premières traces de civilisations reposant sur un système organisé remontent à 500 après J.-C, puis vinrent les civilisations Incas qui dominèrent le pays, avant l'arrivée des premiers conquistadors espagnols.


La Colonisation

Les toutes premières colonisations datent de 1526, date à laquelle Bartolomé Ruiz arrive en Equateur. Puis, c'est le tour de Francisco Pizarro qui, bien qu'arrivé un an plus tard, profitera d'une chute du pouvoir Inca pour commencer un réel travail de conquête à partir de 1532.
A la tête du groupe de Conquistadors, Diego de Almagro sous les ordres de Pizarro, s'empare de la région. Malgré la résistance inca dirigée par le chef Rumiñahui, la capitale se retrouve occupée et Sebastián de Benalcázar fonde San Francisco de Quito en 1534. Ce sera ensuite le tour de Guayaquil qui sera fondée le 25 juillet 1538.
La colonisation se poursuit par de nombreuses expéditions, dans la forêt amazonienne dans un premier temps menée par Gonzalo Pizzaro, puis le fleuve Amazone par Francisco de Orellana. Les premières villes sont ensuite créées, comme Loja en 1546 et Cuenca en 1557.
Après les territoires, ce sont ensuite les premières institutions qui voient le jour sous le joug des colons. La royauté du Pérou dirige en 1563 la Real Audencia de Quito. L'université San Grégorio de Quito est fondée en 1622 alors que suite à l'arrivée des jésuites, de nombreuses églises, cathédrales et écoles sont construites. Vinrent ensuite les corsaires anglais qui en 1684 lancèrent une attaque contre Guayaquil.
La Real Audiencia de Quito connaît elle aussi son lot de chamboulement, sa tutelle changeant régulièrement de main entre la Vice-royauté de Santa Fé de Bogota en 1718 et celle du Pérou en 1722. C'est finalement en 1739 que celle de Bogotá en retrouva définitivement la tutelle.
En 1765, les premiers mouvements de révolte populaires se font entendre avec tout d'abord les Créoles qui s'insurgent contre le monopole du roi sur le tabac, la poudre ou encore l'alcool. En 1767, les Jésuites sont exclus des territoires sous l'emprise du Roi d'Espagne.


L'indépendance

Les premières révoltes grondent à partir de 1809, avec la constitution le 10 août d'une junte menée par Pío Montúfar, Marquis de Selva Alegre, et s'érigeant contre le gouvernement espagnol. Toute juste un an plus tard, les membres de cette junte sont exécutés après avoir été fait prisonniers lors de la toute première révolution populaire de Quito. Encore un an plus tard, une nouvelle junte voit le jour en 1811 et la toute première constitution est rédigée en 1812.
Les premières villes d'Equateur proclament leur indépendance. C'est le cas de Guayaquil le 9 octobre 1820, puis de Cuenca le 3 novembre.
En 1822, le 24 mai, Quito et Guayaquil intègrent la République de Colombie après que le Général Sucre ait remporté la bataille de Pichincha et apporté son aide au Gouvernement de Guayaquil.
Malgré une indépendance tout fraîche, Pérou et Colombie se livrent une guerre terrible pour un problème de délimitation de leurs territoires et Guayaquil devient victime de bombardements péruviens. Les deux pays parviennent malgré tout à un accord et signent un traité de paix en février 1829.
L'Equateur obtient son indépendance en juin 1830 après que le District du sud se soit séparé de la Colombie en mai 1830. Après l'assassinat du maréchal Sucre, le premier président équatorien est nommé et le Général Juan José Flores prend la tête du gouvernement. Malgré la prise des Galápagos en 1832, le pays va connaître de nombreuses années de troubles avec une guerre civile en 1835 puis la Révolution Marcista en 1845 à Guayaquil, qui conduira à l'évincement du Général Flores. Guayaquil reste un terrain d'affrontement avec la dissolution du gouvernement suite à l'envahissement des troupes péruviennes, le Pérou ayant déclaré la guerre à l'Equateur en 1863. Ce conflit militaire avec le Pérou prend fin en 1860 grâce à la victoire de la coalition nationale menée par Gabriel Garcia Moreno
Ce dernier sera assassiné le 6 août 1875 à Quito. Ses derniers faits d'armes auront été la défaite de l'armée équatorienne lors d'une bataille contre la Colombie à Cuaspud et son coup d'état en 1869 pour prendre le pouvoir.
En 1884, c'est la Côte Pacifique qui devient terrain d'affrontements avec la guerilla montonera. Puis, c'est la naissance de la monnaie nationale en 1885 avec le ""sucre"" comme monnaie
Eloy Alfaro devient une nouvelle tête importante pour le pays en dirigeant deux révolutions libérales, l'une en juin 1895, mais qui capotera et l'autre en 1906 qui lui permettra d'arriver à ses fins. Puis, la charte constitutionnelle permettra une grande évolution, avec la séparation de l'église et de l'état.
Nouveaux affrontements entre l'Equateur et le Pérou en 1910 sous le commandement d'Alfaro qui quittera la présidence du pays avant de trouver la mort à Quito le 12 janvier 1912, assassiné. Le pays est secoué par de nombreuses révoltes.
Les mouvements contestataires se poursuivent durant des années avec une nouvelle révolte du peuple qui permettra pour sa part de renverser le gouvernement. Puis, c'est le temps des réformes sociales, avec notamment en 1928 le droit de vote accordé aux femmes.
Toujours véhémente, l'armée du Pérou envahit encore en 1941 l'Equateur qui se voit contraint de signer le 29 janvier 1942 un traité frontalier lui faisant perdre son territoire pour moitié.
En 1944, le pouvoir exécutif connaît des changements avec l'arrivée de Velasco Ibarra à sa tête et venant remplacer Arroyo del Río renversé par une révolte du peuple.
C'est le temps de la dictature militaire qui sévit en Equateur de 1963 à 1966.


Les temps modernes

L'Equateur commence son développement économique à l'aube des années 70. Ainsi en 1967, on découvre en Amazonie le premier gisement de pétrole et en 1969, ce pays rejoint le Groupe d'intégration andine.
Mais le pays n'arrive pas à entériner son développement, secoué de nouveau par des tumultes d'ordre politique avec une nouvelle dictature sévissant de 1972 à 1979 jusqu'à l'arrivée au pouvoir du président Roldos. C'est la révolte des tribus indiennes qui va semer le trouble dans le pays.
Côté économie, l'Equateur rencontre également de nombreuses difficultés. Après avoir subi de profonds dégâts, notamment dans le domaine de la pêche, suite au passage en 1997 de l'ouragan ""El Niño"", le président Jamil Mahuad, qui a signé en 1998 un traité de paix avec le Pérou, se lance dans une grande réforme économique du pays, instaurant d'une part un gel bancaire de 7 ans et en imposant d'autre part en 2000 le dollar américain comme monnaie. Ses mesures vont de nouveau conduire à des mouvements de protestation et de révolte populaire. La colère gronde chez le peuple indien soutenu par les militaires et le président Mahuad est destitué au profit du vice-président Gustavo Noboa. Malheureusement, le système économique de l'Equateur reste bien sous la domination du dollar américain et c'est la disparition du ""sucre"" comme monnaie locale.


Géographie

Partie intégrante de l'Amérique du Sud, L'Equateur est bordé de part et d'autre par la cordillère des Andes. Il partage du sud à l'est une frontière de 1 420 km avec le Pérou ; au nord, il partage une frontière de 590 km avec la Colombie et enfin, sur la partie ouest, il a une frontière naturelle avec l'océan Pacifique. On lui attribue également dans ses territoires, les îles Galápagos.

Ce pays, fort intéressant à tous points de vue, peut aisément se diviser en 4 zones que cela soit de façon climatique, géographique ou humaine :

  • Une région côtière au sud, la Costa caractérisée par un climat tropical plutôt humide dans sa partie nord et au contraire semi-aride au sud. Zone de culture agricole importante notamment en ce qui concerne l'exportation de la banane, de la mangue ou de la canne à sucre, cette Costa s'étant sur plus de 800 km en formant une immense plaine allant de la cordillère des Andes à l'océan Pacifique. C'est aussi une zone excellente pour les produits de la pêche, car elle bénéficie des courants de Humboldt et de l'upwellin qui enrichissent ces eaux. Guayaquil, la plus grande ville du pays, en est ainsi un très grand port.
  • Hautement perchée dans la cordillère des Andes, se trouve la zone appelée ""la Sierra"". Dans cette chaîne montagneuse, il n'est pas rare de trouver un volcan, voire plusieurs, avoisinant les 5 000 mètres d'altitude. La Cordillère occidentale et la Cordillère orientale ont toutes deux leur sommet de prestige : le Chimborazo s'élevant à 6 310m pour la première et le Cotopaxi considéré comme le volcan le plus haut du monde toujours en activité et perché à 5 897m pour la seconde. C'est le couloir interandin, une zone de dépression à environ 2 500 mètres qui fait la séparation entre les deux cordillères. Cette région de la Sierra, qui était à l'origine la plus peuplée, avant de se faire dépassée par la Costa en termes de population, va de la frontière colombienne au niveau de Tulcán jusqu'à Loja dans la partie sud, ce qui représente un territoire de 600 km. Au nord, se trouve Quito, la capitale du pays et principale ville de cette région et au sud, Cuenca.
  • Plus austère et forcément beaucoup moins peuplée, l'Oriente reste peu accessible, sauf par les différents affluents de l'Amazone qui la sillonnent. C'est dans cette zone, au climat tropical très humide et à la végétation luxuriante, que l'on trouve les principales sources pétrolières du pays.
  • Enfin, la dernière zone est constituée par l'archipel créant les îles Galápagos dont l'origine est volcanique et qui abritent de nombreuses espèces d'animaux rares. La pureté de ce site lui vaut d'être classé au patrimoine de l'humanité de l'Unesco.


Economie

Bien que diversifiée et reposant essentiellement sur trois éléments, l'économie de l'Equateur est principalement liée à l'exportation. Tout repose donc sur le tourisme, le pétrole et l'exportation des bananes. Facteurs complémentaires à l'essor économique, le commerce de l'huile de palme, l'exportation de fleurs coupées ou encore la vente du chapeau Panama.
La production de nombreux produits alimentaires permet à l'Equateur d'être autosuffisant dans ce domaine, grâce notamment à la production des huiles et autres graisses.
En dépit de toute attente, la dette de l'Equateur est énorme et elle avoisine les 14 millions de dollars, ce qui le rend totalement dépendant du FMI pour équilibrer son économie et la rendre stable.

Haut
OBTENIR UN DEVIS

foo