Fiche pays Vietnam

Vietnam

Nom officiel du pays : République socialiste du Viêt Nam
Capitale du Vietnam : Hanoï
Superficie : 331,698 km²
Population : 89 571 130 habitants
Peuples et ethnies : Le territoire du Vietnam abrite de nombreuses ethnies. La principale est celle des Viêt, originaires de Mongolie. Le pays partage certaines ethnies avec les autres pays de l'Asie du sud-est : Khmers et Hmongs, mais aussi Cham et Hoa.
Langues : Vietnamien
Religions : La religion tient une place centrale au Vietnam. Le Den est le sanctuaire du héros de la nation, qui est une divinité tutélaire. Le Dinh est quant à lui l'autel du village où est célébré l'ancien qui enseigna aux habitants une technique artisanale nouvelle. L'artisanat ayant une place cruciale dans la vie vietnamienne, on comprend mieux l'importance de cet autel. Les maisons sont toutes dotées d'un autel sur lequel les membres de la famille rendent hommage au mânes. Confucius est très honoré dans le pays, il n'est pas rare de croiser des temples qui lui sont dédiés. Ils sont appelés les Van Mieu ou Van Chi. Les pagodes, quant à elles, sont les lieux de culte de Bouddha, et du boddhisatva Quan An.
Régime politique : République communiste à parti unique
Président : Trần Đại Quang


Histoire du Vietnam

L’histoire du Viêt Nam est très riche, et plusieurs fois millénaire. On admet généralement avec les historiens vietnamiens que l'histoire du Vietnam débute en 2877 avant notre ère. La capitale du Vietnam se trouvait alors à... Canton, une ville qui fait maintenant partie de la Chine.


Les origines de la nation

On appelle les premiers âges de l'histoire vietnamienne, correspondant à des périodes préhistoriques et protohistoriques, du nom de Hoa Binh, Bac Son et Dong Son. Jusqu'à l'ère chrétienne, le pays est marqué par une culture de type indonésien. Nous vous présentons ci-dessous les principaux éléments la caractérisant.


Éléments vestiges d'une culture des mers du sud

Cette culture s'étendait sur une zone très vaste, correspondant à l'Inde pré-aryenne, à l'Indonésie bien sûr, au territoire de l'Indochine, mais aussi au sud de l'actuelle Chine. Un des points les plus étonnants de cette civilisation consistait à peindre les dents : on les rendait noires en appliquant un mélange de jus de citron, d'alcool de riz et de stick lack, et on les peignait en rouge grâce à un mélange à base d'oxyde de fer, associé à de la cannelle, du clou de girofle et de la badiane. Cette culture était aussi réputée pour la qualité de ses tatouages et de ces cerfs-volants. Comme le Vietnam moderne, son territoire était aussi constellée de maisons sur pilotis. Les archéologues ont retrouvé les restes de somptueux tambours de bronze, qui entraient peut-être dans le déroulé de la fête des Eaux. Les combats de coqs étaient très réputés. La culture du mûrier était connue, et cette culture savait égrener le coton grâce à un double cylindre. De nombreuses traces laissent à penser que l'élevage du porc était déjà très important.

Les premiers royaumes vietnamiens apparaissent entre le septième siècle avant notre ère, et le premier siècle de notre ère. Ils ont aujourd'hui largement rejoint le domaine du mythe. C'est une époque qui voit l'apparition de la tribu des Giao Chi, amenés à dominer tout le Vietnam. Après la défaite des sœurs Trung, le pays entre dans l'orbite de la Chine.


La période proto-viet

Il s'agit d'un long laps de temps, pratiquement un millénaire, marqué par la présence chinoise, mais aussi des périodes d'indépendance, où tentent de se former des dynasties, souvent issues de généraux victorieux, par exemple Ngo Qyen ou Tran Hung Dao. Les côtes du centre du pays sont aussi occupées par des populations indonésiennes qui, initiées à l'hindouisme, formeront le Champa.

L'apport de la Chine est non-négligeable, puisque ce sont des agronomes chinois qui vont enseigner la riziculture par inondation. C'est aussi la Chine qui va répandre le confucianisme, qui aura une influence durable sur toute la société vietnamienne.

Les Chinois développèrent considérablement le réseau hydraulique vietnamien. Outre le nouveau modèle de rizières, ils érigèrent de nombreuses digues, et popularisèrent le transport des marchandises sur les rivières et canaux. Mais ils imprimèrent aussi leur marque sur toute l'administration, notamment par le biais de leur écriture.


La Période Viet

L'histoire de cette période se retrouve dans les dynasties vietnamiennes, mais aussi toute la culture du pays, par exemple son théâtre et sa poésie.
C'est au cours de la Nam Tien (la marche vers le sud), que les Vietnamiens repoussent les Chams, puis les Khmers. Les populations de type indonésien, installées dans le pays de longue date, furent contraintes d'émigrer dans les montagnes.

C'est seulement au XIXe siècle que le pays va adopter ses frontières contemporaines, grâce aux efforts de la dynastie Nguyen.

L'expansion vers le sud ne s'est donc pas faite sans heurts, et toujours sous la menace de la Chine, le grand voisin du nord. Il s'agit toutefois d'un agrandissement considérable du pays, puisque le Vietnam n'était d'abord pas plus grand que le delta du Fleuve rouge. Ce développement du sud va engendrer une crise dans l'administration, qui a de plus en plus de mal à contrôler tout le pays. Une situation dont vont tenter de profiter les populations refoulées dans les hauteurs, mais aussi les grands féodaux, qui défient le pouvoir royal. Ainsi, les maîtres du fief de Hué vont gagner en importance, jusqu'à ce que cette ville supplante Hanoï en tant que capitale royale. Hué conserve précieusement les restes de ce moment brillant de son histoire.

La présence française remonte bien avant l'époque de la colonisation. Le cardinal Pigneau de Béhaine servait ainsi de précepteur au jeune Gia Long, futur roi du Vietnam. Il était entouré d'une véritable cour, comprenant par exemple des conseillers militaires. Leur présence est attestée par l'aspect de la citadelle de Hué, qui n'est pas sans rappeler les œuvres de Vauban. La colonisation du Vietnam est la conséquence d'un échec : l'expédition de Doudart de Lagrée avait en effet pour but de rejoindre le centre de la Chine en passant par l'Asie du sud-est. Après l'échec de cette mission, les Français n'eurent d'autre choix que de se rabattre sur le Vietnam.

La colonisation française durera environ un siècle. L'indépendance du Vietnam est proclamée par Hô Chi Minh en 1945. Le pays connaîtra ensuite 30 ans de guerre, contre les Français puis les Américains, jusqu'à ce que le pays soit réunifié en 1975.

Le pays resta ensuite coupé du reste du monde jusqu'en 1988. Mais après le règlement du problème de l'occupation vietnamienne du Cambodge, le Vietnam se tourna une nouvelle fois vers le reste de la planète.



Géographie du Vietnam

Le Vietnam fait partie de l'Asie du sud-est. Il compte des frontières avec le Laos (à l'ouest), le Cambodge (à l'ouest aussi) et la Chine (au nord). Ses côtes sont très longues, environ 3.260 kilomètres, car il est baigné par la mer de Chine, le golfe du Tonkin, mais aussi le golfe de Thaïlande. Ses eaux territoriales couvrent une superficie de 4.200 km², pour une superficie totale de 331.690 km². Son point le plus septentrional et son point le plus méridional sont distants de 1.650 kilomètres.


Le Vietnam est divisé en trois grandes régions, ou Bô :
  • au nord, le Tonkin (Bắc Bộ) : ses grandes villes sont Hanoï (la capitale du pays) et Haiphong ;
  • au centre, l’Annam (Trung Bộ), une région marquée par la présence de la chaîne de montagnes annamitique, et dont les villes majeures sont Hué et Da Nang ;
  • au sud, la Cochinchine (Nam Bộ), où se trouve la plus grande ville du pays, Hô-Chi-Minh-Ville (l'ancienne Saigon).


Économie au Vietnam

Durant une majeure partie du XXe siècle, le Vietnam a été miné par les guerres, la planification de l'économie ainsi que l'embargo américain. Toutefois, depuis la levée de ce dernier et la libéralisation de l'économie, celle-ci a décollé, suivant le modèle chinois. Le taux de croissance du PIB est ainsi passé de 4,7 % en 2001 à 7,8 % en 2007. Il a connu une baisse durant la grande crise économique mondiale, enregistrant seulement 6,3 % de croissance en 2008 et 5,3 % en 2009. Une reprise a eu lieu en 2010, puisque l'économie a enregistré une croissance de 6,8 %.

Le Vietnam est toujours un pays très rural, avec plus de la moitié de la population employée dans le secteur agricole. L'industrie représente 15,4 % des emplois, tandis que le secteur des services, notamment le tourisme, occupe 32,7 % de la population active.

Le sud est essentiellement dédié à l'agriculture, car c'est la zone la plus fertile du pays. La culture du riz est dominante et sert à satisfaire les besoins alimentaires du pays et à l'exportation. Le Vietnam est en effet le troisième exportateur mondial pour cette denrée. Le nord du Vietnam est plus industrialisé et parsemé de nombreux sites miniers. 20 % des revenus à l'exportation du Vietnam sont le produit de la vente du pétrole, que l'on trouve en abondance dans le gisement au large de Vung Tau. Les États-Unis achètent 25 % de leur pétrole d'importation au Vietnam, ce qui fait de ce pays d'Asie du sud-est un état d'une grande importance stratégique.

Le Vietnam vend 20 % de ses exportations au Vietnam, environ 11 % au Japon, et un peu moins de 10 % à la Chine.

Signe de son ouverture sur le monde, le Vietnam fait partie de l'APEC, une organisation de commerce régionale, mais aussi de l'OMC, depuis 2007.

Le Vietnam connaît une forte corruption, mais c'est toutefois un des pays les plus fiables pour recevoir des aides économiques internationales.

L'inflation peut faire des bonds spectaculaires. Elle a ainsi atteint un pic à 23,1 % en 2008, ce qui fut une catastrophe pour les Vietnamiens les plus pauvres. Elle était seulement de 7 % en 2009, mais a ensuite rebondi à 11,8 % en 2010.



Haut
OBTENIR UN DEVIS

foo