Fiche Pays Etats Unis

États-Unis

Intitulé officiel du pays : États-Unis d'Amérique
Capitale des États-Unis d'Amérique : Washington, D.C.
Superficie : 9 629 048 km²
Population : 308 745 538 habitants
Peuples et ethnies : Les Etats-Unis comptaient 296,4 millions d'habitants en juillet 2005 selon le bureau du recensement. Cette population très hétéroclite est composée à majorité de blancs, suivis par les hispaniques qui représentent 42,7 millions de personnes, les noirs avec 39,7 millions ainsi que la population d'origine asiatique au nombre de 14,4 millions. Les Amérindiens et indigènes de l'Alaska sont au nombre de 4,5 millions tandis que ceux d'Hawaï et des îles du Pacifique représentent plus d'un millions de personnes. Une multitude d'ethnies est présente au niveau de la société américaine. La population y est très mobile dans le temps, dans l'espace et le niveau de vie y est très élevé. Toutefois, des écarts importants subsistent au niveau social et ethnique.
Langues : Anglais
Religions : La Constitution des Etats-Unis, en son article VI et en son premier amendement, consacre la séparation de l'église et de l'état, et ce depuis la fin du XVIIIe siècle. Aucune référence à Dieu ou à la Providence n'est présente ni dans la Constitution ni dans la Déclaration des Droits. Par contre, sur le billet vert est bien mentionnée depuis 1956 la devise nationale qui est "In God We Trust", ou En Dieu nous croyons. La religion est ainsi présente dans la vie des Américains même si sur la base de la liberté religieuse, l'état fédéral ne donne de subvention à aucune école confessionnelle. C'est sur cette même base que l'arrêt Engel contre Vitale a prohibé la prière à l'école depuis 1962. De plus, le premier amendement de la Constitution consacre la liberté de culte et la non-ingérence du gouvernement dans les affaires religieuses.
Institutions politiques : République fédérale
Président : Donald Trump


Histoire des Etats Unis

Avant l'arrivée des premiers colons anglais en 1607 sur les côtes de Jamestown en Virginie, l'Amérique était un continent faiblement peuplé. Les migrations successives et la colonisation ont considérablement augmenté la densité de la population à tel point que les nouveaux venus voulaient s'émanciper de la tutelle de leur métropole en proclamant leur indépendance en 1776. Une nouvelle nation appelée Etats-Unis d'Amérique a vu le jour et a connu un développement fulgurant, malgré une guerre civile appelée guerre de Sécession en 1860. L'afflux constant d'immigrés européens au XIXe siècle a conduit cette nouvelle nation à connaître une prospérité sans précédent et à devenir à la fin de la Première Guerre mondiale la première puissance mondiale, devant les anciennes métropoles européennes. Ils ont conservé cette place de la plus grande économie du monde et ont même été propulsés à la tête du "monde libre" à la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a vu les principaux pays européens ravagés. Le bourbier vietnamien de 1975 qui a vu la défaite de l'armée américaine, a quelque peu terni l'image de superpuissance des Etats-Unis, mais suite à l'éclatement du bloc soviétique et la fin de la guerre froide en 1990, les Américains demeurent les leaders mondiaux.


La révolution américaine

La présence des troupes anglaises en terres américaines est devenue de moins en moins justifiée et supportable depuis que les Français avaient été repoussés. Les décisions de l'empire britannique de faire payer de nouvelles taxes aux colons afin de répartir toutes les charges financières consécutives à la guerre allait augmenter le sentiment de défiance de ces derniers vis-à-vis des Britanniques. Ces décisions unilatérales, sans consultation des principaux concernés, allaient provoquer une fronde de plus en plus forte au niveau de ces colons. Ils avaient réclamé une meilleure représentation au Parlement pour pouvoir discuter de ces taxes, car comme ils le martelaient : "Pas de taxation sans représentation". Afin de faire taire cette contestation, le Parlement britannique a fini par supprimer le Stamp Act le 18 mars 1776. C'était l'une des taxes les plus contestées. Mais le conflit allait encore se manifester et prendre de l'ampleur lorsque le gouvernement britannique décide de détaxer le thé vendu par la Compagnie des Indes orientales pour sortir cette compagnie d'énormes difficultés financières. Cela a provoqué la colère des colons : un groupe, dont les membres ont été déguisés en Indiens, décide le 16 décembre 1773 de jeter à la mer une cargaison entière de thé de la Compagnie des Indes. Cet acte, appelé Boston Tea Party, allait conduire le gouvernement britannique à fermer le port de Boston et à abolir les franchises du Massachusetts. La rupture totale a été consommée entre les colons et l'empire britannique et se manifesta lors de la bataille de Lexington le 19 avril 1775, qui marqua le début de la guerre d'Indépendance.

Durant cette guerre d'Indépendance, les insurgents optent pour George Washington comme commandant en chef pour les mener au combat. Ce dernier a combattu et repoussé les Français durant la Guerre de Sept ans. Mais c'est vers ces même Français que cet originaire de Virginie se tourne pour les convaincre de prendre leur revanche sur les Anglais. Les représentants des colonies qui sont entrées en révolte tiennent en même temps une session permanente en Pennsylvanie, dans la ville de Philadelphie. C'est de là que viendra la Déclaration d'indépendance rédigée par Thomas Jefferson, que le Congrès adoptera le 4 juillet 1776. Cette déclaration est un véritable acte révolutionnaire et est directement inspirée de la philosophie des Lumières dont les droits de l'homme, mais elle mentionne également tous les griefs que ces pères fondateurs ont envers l'empire britannique. Tous les mouvements d'indépendance ultérieurs se sont inspirés de cette déclaration pour les guider dans leurs démarches.

Alors que les colons étaient déterminés à prendre leur destin en main, la Grande-Bretagne a décidé de n'envoyer qu'à peine 40 000 hommes pour combattre les insurgents. Dans cette contrée lointaine, l'armée de Sa Majesté allait faire face à pas plus de 20 000 soldats de Washington. Ce nombre déjà insuffisant allait encore se réduire à 3 000 hommes lors de la saison des grands travaux agricoles. Mais leur connaissance du terrain ainsi que leur grande volonté allaient combler leur manque d'expérience en matière de guerre. C'est ainsi qu'en 1777, ils allaient obtenir une victoire déterminante, et avec le bon travail effectué par Benjamin Franklin, qui était ambassadeur à Paris, ils allaient réussir à convaincre la France de les appuyer militairement. Une flotte dirigée par De Grasse et d'Estaing ainsi qu'une armée commandée par Rochambeau étaient venus aider les colons pour pousser les Anglais vers la sortie. Le 19 octobre 1781, la victoire de Yorktown force la flotte britannique à abandonner la partie. Cela a abouti en 1783 à la reconnaissance par le Royaume-Uni de l'indépendance des États-Unis d'Amérique.


L'organisation du nouvel État

En 1783, chacune des anciennes colonies a été reconnue comme étant un état indépendant et souverain par le Traité de Paris. Le nouvel état est organisé en gouvernement fédéral dont la Constitution de 1787 détermine les compétences entre l’état fédéral et les différents états fédérés. Selon les termes de la Constitution, l’Etat fédéral s’occupe de la politique extérieure, de la défense ainsi que du commerce entre les états ou vers l’extérieur. Il en est de même de la justice, de l’éducation ou de la protection des droits individuels. Les autres secteurs sont du ressort des Etats fédérés qui tiennent une place prépondérante dans le système américain. Les Pères fondateurs ont veillé particulièrement à ne pas froisser la susceptibilité des défenseurs de la souveraineté étatique et ont permis à tout Américain de posséder une double citoyenneté. Il est ainsi à la fois citoyen de l’Etat fédéré où il réside et de l’Etat fédéral. Il est appelé à participer activement à la vie politique des deux structures.

Les pouvoirs de l’Etat fédéral et ceux des Etats fédérés sont définis de façon claire et stricte. Le chef de l’exécutif est le président de la république. Il est à la fois le chef de l’Etat, le chef du gouvernement, le commandant en chef de l’armée et de toutes les milices des états. Il nomme aux hauts emplois de l’état, négocie les traités internationaux et promulgue les lois. Il est élu pour un mandat de quatre ans, rééligible une seule fois en compagnie d’un vice-président, tous les deux issus d’un même parti. Le gouvernement est composé des secrétaires qui ne font pas partie de l’appareil législatif. Le Sénat et la Chambre des représentants composent le Congrès. Celui-ci détient le pouvoir législatif. Les sénateurs sont élus pour un mandat de six ans et représentent leur état respectif. Chacun des cinquante états est représenté par deux sénateurs, sans distinction du nombre de sa population ou de son poids économique et géographique. Le Sénat est ainsi composé de cent membres dont le tiers est renouvelé tous les deux ans. Les citoyens sont, quant à eux, représentés au niveau de la Chambre des représentants. Pour déterminer le nombre de représentants pour chaque état, un compromis a été trouvé entre les petits états et ceux fortement peuplés. La durée du mandat d’un représentant est de deux ans renouvelable, et un élu représente 30 000 citoyens. Les deux chambres composent le Congrès qui établit le budget, fait des propositions de loi à l’exécutif, vote les impôts, ratifie les traités et conventions internationaux. Le troisième pouvoir qui est le pouvoir judiciaire, appartient à la Cour Suprême des Etats-Unis. Cette dernière garantit les droits de chaque citoyen et est le garant du respect de la Constitution. Tous les actes du législatif et de l’exécutif peuvent être soumis au contrôle de la Cour Suprême, ce qui la place au-dessus des deux autres pouvoirs.

Dans la pratique, un texte doit être ratifié par neuf états avant de pouvoir être appliqué. Cette mesure démontre la place qu’occupent les Etats fédérés dans la vie politique des Etats-Unis et met en évidence une nation américaine plurielle avec des entités différentes. Le Rhode Island, New York et la Virginie ont introduit des clauses qui leur permettent de reprendre les pouvoirs qu’ils avaient délégués même à l’issue de la ratification. En ce qui concerne la modification de la Constitution, il faut que les ¾ des états donnent leur accord, ce qui garantit sa stabilité.

Suivant l’acte d’indépendance signé par l’empire britannique, les Américains récupèrent les territoires de l’Ouest, allant du Mississippi et la région des Grands Lacs à la Floride. Les Etats fédérés concernés décident de donner ces terres à l’Etat fédéral suivant l’ordonnance du nord-ouest en 1787 qui en fixe le cadre. Ainsi, si une région abrite 5 000 hommes libres et adultes, elle acquiert le statut de territoire. Avec plus de 60 000 citoyens, la région devient un état au même titre que les treize états fondateurs de l’Union. Comme conséquence immédiate, le Kentucky et le Tennessee entrent dans l’Union respectivement en 1792 et en 1796.


La marche vers l'Ouest

Depuis la présidence de George Washington, les Etats-Unis ont vu leur territoire s’agrandir considérablement. En 1829, le pays compte 5 millions d’habitants et la colonisation va continuer vers l’ouest et franchit le Missouri après 1840. L’idée d’un pays qui s’étend de l’océan Atlantique à l’océan Pacifique germe de plus en plus et la cession de l’Oregon par le Royaume-Uni en 1846 confirme que ce « destin manifeste » commence sérieusement à prendre forme. La conquête de l’Ouest vient de commencer et des pionniers prennent leurs chariots du Missouri ou du Mississippi, et parcourent plus de 3 000 kilomètres jusqu’en Oregon. Les Mormons bâtissent la ville de Salt Lake City, à proximité du Grand Lac Salé en 1846. Le reste du territoire a été conquis lors de la Guerre américano-mexicaine qui se termine en 1848. Cela aboutit à la prise du Texas, du Colorado, de l’Utah, d’une partie de l’Arizona ainsi que de la Californie. L’annexion de cette dernière se fait avant la découverte quelques semaines plus tard d’un énorme gisement d’or qui fera la richesse de ce pays. La fièvre de l’or attire plus de 80 000 migrants en quelques mois seulement. Ils ont vite déchanté car tous les gisements sont déjà exploités. De nouveaux territoires vont être annexés pour permettre une meilleure communication entre la Californie et le Texas. Entre 1803 et 1853, la superficie des Etats-Unis a triplé pour passer à 7 millions de km² de l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Le Colorado est le nouveau territoire que plus de 100 000 chercheurs d’or vont conquérir en 1859.

Les Indiens sont les premiers à payer le prix de cette conquête de l’Ouest par les pionniers. Ceux qui n’ont pas péri ont été déplacés dans des réserves, suivant la politique mise en place par le secrétaire à la Guerre John Caldwell Calhoun en 1820. Le président Jackson continue ce travail et les Indiens n’arrivent pas à contrer cette politique à cause de leur nombre insuffisant et leur manque d’organisation. Dès 1826, la grande majorité d’entre eux sont déportés à l’ouest de Mississippi. La création de la réserve de l’Oklahoma en 1834 dans une région désertique appelée « Piste des Larmes » a provoqué la mort de nombreux Indiens, notamment de la tribu Cherokee, suite à des maladies ou un manque de vivres.

Un vaste terrain vierge vient ainsi d’être conquis et le gouvernement fédéral en devient le propriétaire. Ces terres sont vendues à un dollar l’acre, c’est-à-dire à un prix symbolique pour permettre aux pionniers de les exploiter. Certaines parcelles sont même offertes gracieusement à ceux qui ne peuvent pas payer. Ces derniers peuvent effectuer des travaux de défrichement sur les terres des nouveaux propriétaires en contre partie d’indemnités pour pouvoir à leur tour acheter une parcelle. Ce sont surtout les Américains de souche venant de Virginie, des Carolines ou de la Nouvelle-Angleterre qui viennent majoritairement s’installer sur ces nouvelles terres. Ils sont les descendants des pèlerins du Mayflower qui comptent trouver de nouvelles terres fraîches. L’organisation au niveau de ces nouveaux états est calquée sur celle des autres déjà bien rodés. Toutes les institutions sont élues démocratiquement au suffrage universel. Le gouvernement fédéral participe à la facilitation de leur installation en construisant des voix de communication que ce soit navales ou terrestres, par chemin de fer. C’est ainsi que le célèbre « Pony Express » est créé dès 1860, qui se charge de transporter le courrier en 10 jours entre la Californie et le Missouri.


Le renouveau de la démocratie

Le modèle américain semble s’essouffler au début du XXe siècle quand les ouvriers commencent à sentir que leur pouvoir d’achat s’amenuise. Les nouveaux immigrés sont pointés du doigt comme étant les responsables de la baisse constante du salaire des ouvriers. Durant la période 1902 à 1910, on enregistre un flot d’immigrants de 9 millions de personnes avec un pic en 1907 avec plus de 1,3 millions. Entre 1911 et 1915, le nombre des migrants est de 4,5 millions de personnes, majoritairement latins, slaves et catholiques, en opposition à la tradition anglo-saxonne et scandinave qui est déjà bien implantée aux Etats-Unis. Ces derniers restent majoritaires et représentent un peu moins de 40 % de la population des grandes villes. La pression sur le salaire ne constitue pas l’unique faiblesse du modèle américain. Les industries commencent à fusionner à tel point qu’en 1909, les 44 % de la production industrielle du pays sont produits par seulement 1 % des firmes. L’US Steel Company illustre bien cette concentration monopolistique des industries en prenant le contrôle de la plupart des industries de l’acier du pays en 1901.

Un mouvement est né au début du XXe siècle pour contrer ce que ses promoteurs appellent « l’Evangile de l’argent ». Ils interpellent le gouvernement pour que celui-ci considère moins l’intérêt des grands industriels et œuvre plus pour le bien de la population. Tous les groupes sociaux sont représentés au niveau de ce mouvement progressiste. Leur communication passe facilement grâce à de précieux alliés comme les journalistes ou encore Lincoln Steffens, un muckraker qui a sorti un livre à grand succès intitulé The shames of the cities. Les pratiques abusives et frauduleuses de ce qu’ils appellent les « barons-voleurs » sont dénoncées par ces progressistes. La démocratie est en danger selon eux à cause de ces pratiques. Ce vent de réforme prend de plus en plus d’ampleur et trouve écho au niveau de nombreux états. Le scrutin secret voit le jour au même titre que les primaires directes afin d’élire leurs candidats aux élections. Les grandes décisions concernant les états sont soumises à référendum au niveau de plusieurs états et municipalités. Théodore Roosevelt, qui devient président après que McKinley ait été assassiné en 1901, soutient ce mouvement réformiste. Le Congrès vote une loi en 1906 sous l’impulsion du nouveau président ; cette loi appelée Pure Foof and Drug Law garantit une sécurité sanitaire aux consommateurs. Le monopole de la Northern Security Company qui dessert le nord-ouest des Etats-Unis est cassé par la loi anti-trust, dite Sherman, invoquée par le président Roosevelt. De nombreux monopoles vont être démantelés par son successeur, le président Taft, comme celui de la Standard Oil et de celui de l’American Tobacco Company. D’autres mesures populaires et inédites comme la création de parcs nationaux ou la protection de la nature ont été prises par Roosevelt et sont restées dans la mémoire collective des Américains. Le démocrate Woodrow Wilson est élu président des Etats-Unis en 1912 avec 42 % des suffrages, grâce à la division dans le camp adverse. Il entreprend des réformes qui visent à assainir et à mieux réguler le monde des affaires. Il crée entre autres la réserve fédérale en 1913, le Clautin Anti-Trust Act en 1914 ainsi que les Federal Trade Commission Act. Ces mesures renforcent le contrôle et instaure une commission d’enquête pour casser les monopoles et surveiller les pratiques des firmes qui entravent la libre concurrence.



Géographie des Etats Unis

En termes de superficie, les Etats-Unis se trouvent en quatrième position au niveau mondial avec 9 631 417 km². Ils sont derrières la Russie, le Canada et la Chine dans ce classement. Leur territoire représente 7 % des terres émergées totales et est aussi vaste que le continent européen en entier dans ce domaine. En comparaison, cela fait 17 fois la taille de la France métropolitaine. La superficie de l’Alaska et du Texas est plus grande que celle de la France. Les Etats-Unis continentaux ou les 48 états représentant le Mainland sont si grands qu’ils sont parcourus par quatre fuseaux horaires. Pour aller de la côte Est à la côte Ouest, il faut parcourir 4 500 km. Du nord au sud, cette distance représente 2 500 km. Les frontières terrestres des Etats-Unis figurent parmi les plus importantes du monde avec pas moins de 12 034 km dont 8 893 km avec le Canada, ce qui comprend les 2 477 km de frontière avec l’Alaska, 3 141 km avec le Mexique et 28 km séparant la base navale dans la baie de Guantanamo à Cuba. Les côtes américaines mesurent plus de 19 924 km.
Les deux principaux fleuves que sont le Missouri et le Mississippi totalisent plus de 6 000 km, ce qui correspond à peu près à la longueur du fleuve Amazone. Au-delà du Mainland, Hawaï qui est un petit archipel volcanique situé dans l’océan Pacifique, et l’Alaska à l’extrême ouest du Canada, sont les derniers territoires à avoir rejoint l’union. Porto Rico, qui est une île dans la mer des Caraïbes, est considérée comme un état libre associé, ce qui en fait le plus grand en superficie et en population des territoires américains.
Le mont McKinley qui se trouve en Alaska culmine à 6 194 mètres et constitue le point le plus haut des Etats-Unis. Le mont Whitney en Californie qui fait 4 421 mètres est le point culminant du Mainland. La partie la plus basse par rapport au niveau de la mer se trouve en Californie. Le Badwater est situé à – 86 mètres et se trouve dans le Parc national de la Vallée de la mort en Californie.



Économie des Etats Unis

L’économie des Etats-Unis se trouve à la première place mondiale depuis les années 1870. En 2007, plus du 12,4 % du PIB américain a été produit par le secteur public. Cette production représente plus de 19 % de la richesse mondiale avec plus de 14 500 milliards de dollars selon le Fonds Monétaire International. A parité de pouvoir d’achat en 2006, le PIB des Etats-Unis était à peine inférieur à celui de toute l’Union européenne. Ce qui les place à la quatrième place mondiale ou à la huitième place si l’on considère le PIB par habitant. L’économie américaine présente un taux de chômage entre 3 et 5 % de la population active. Ce qui est relativement faible malgré le fait qu’en 2008, ce taux est passé à 6,5 % suite à la crise économique et atteint 9 % en avril 2010 selon l’OIT. Le budget fédéral est passé de 1 798 milliards de dollars à 2 931 milliards de dollars entre 2000 et 2008, soit une augmentation de 40 %. Pendant la même période, le PIB a connu une augmentation de 32 %. br />
L’économie américaine est tirée par des secteurs très dynamiques comme l’industrie de l’armement, l’aérospatiale, la chimie, les biotechnologies ou encore l’informatique. Le secteur tertiaire comme la grande distribution, les assurances, les services bancaires et financiers, le tourisme ou encore la production cinématographique contribuent à près de 75 % du PIB des Etats-Unis.

Les principaux partenaires économiques des Etats-Unis sont le Canada, la Chine, le Mexique, le Japon et l’Allemagne et le pays est le plus grand importateur de biens et le troisième exportateur après la Chine et l’Allemagne. Le principal produit d’exportation est le matériel électrique et les véhicules automobiles sont les principaux produits d’importation. La balance commerciale des Etats-Unis est déficitaire surtout par rapport à la Chine. Le New York Stock Exchange constitue les premières bourses du monde.
Le haut lieu de l’économie américaine se trouve à Wall Street à New York.

Les Etats-Unis possèdent la dette publique la plus importante du monde et représente plus de 23 % du volume mondial en 2005. Ce niveau les place au 35e rang mondial sur 120 pays, si la dette est rapportée au PIB.

Les bonnes performances de l’économie américaine s’expliquent par l’immensité de leur territoire et la richesse qui s’y trouve. Les ressources minières du pays sont en effet exceptionnelles et font des Etats-Unis le deuxième producteur mondial de charbon, de pétrole, de gaz naturel, d’or ou encore de cuivre. L’agriculture américaine participe également à la bonne santé de cette économie. Les voies de communication sont vastes et bien maitrisés avec des ports, des aéroports, un réseau routier et un réseau de voies ferrées performants, ainsi que la maîtrise des Grands Lacs. Les deux plus grands océans que sont l’Atlantique et le Pacifique procurent d’énormes richesses aux Etats-Unis. D’autre part, la population américaine est très mobile et cosmopolite. Même si les inégalités sociales restent importantes, le niveau moyen de vie est élevé. La monnaie nationale est la plus utilisée dans le monde tandis que la langue anglaise qui y est pratiquée est parlée dans la plupart des pays. La recherche prend une part importante du PIB dans les dépenses fédérales. Les entreprises américaines bénéficient de la protection du gouvernement face à la concurrence étrangère grâce à des mesures qualifiées de protectionnistes. Les plus grandes entreprises américaines ont un rayonnement à l’international, sont présentes dans sur tous les continents et contribuent à l’essor de l’économie du pays. Les Etats-Unis sont membres de plusieurs organisations favorisant le libre-échange, la libre circulation des marchandises et des capitaux comme l’ALENA.

Les Etats-Unis comptent plus de 155 millions de salariés dont 80 % sont des travailleurs à plein temps en 2005. Plus de 79 % de ces salariés sont dans les services. Les secteurs de la santé et de la protection sociale sont les plus grands pourvoyeurs d’emplois avec plus de 15, 5 millions de personnes. Les travailleurs aux Etats-Unis sont très mobiles et le taux de syndicalisation est de 12 %, un peu moins que celui en Europe occidentale où ce taux est de 30 %. La législation américaine impose des congés payés beaucoup plus courts que dans les autres pays industrialisés. Les Américains sont les plus actifs sur le plan mondial au niveau du travail.



Haut
OBTENIR UN DEVIS

foo