Informations Covid-19

Les médias dans ce pays qu'est la Chine

La télévision en Chine


Fondée en 1958, la chaîne CCTV est la plus puissante et la plus influente des stations audiovisuelles. Ayant servi d’instrument de propagande pour le compte de l’État et du parti communiste, la télévision avait vu son influence voilée par les journaux et radios avant les années 1980. Cependant, l’ouverture et l’adoption d’une économie d’émergence ont ouvert la voie à la dominance des programmes télévisés. Cette évolution s’est traduite par la multiplication des stations de télévision, la vulgarisation des postes téléviseurs et l’émergence d’une coopération entre les stations, les institutions de financement et les organismes gouvernementaux. Le groupe CCTV dispose de 12 canaux TV diffusant des actualités sur la politique, l’économie sociale et l’éducation, ainsi que des programmes de divertissements, de cinéma, d’opéra… Il entretient un vaste réseau de coopération avec une ligne composée de 120 stations TV dans environ 80 pays. Au fur et à mesure que les stations locales prouvaient leur capacité de collecte d’informations et de production de reportages, elles sont devenues une source importante de programmes pour la plus grande enseigne audiovisuelle chinoise. En 1981, CCTV a diffusé 4186 reportages, 44 % du total étant fournis par des stations locales. Sur les 118 téléfilms diffusés par la chaîne, 81 % étaient produites par des stations locales.

La radiodiffusion en Chine

Radio Beijing est la seule chaîne radio nationale qui diffuse à l’international. De 1947 à 1949, tous les programmes de la station étaient diffusés en anglais, puis une programmation en japonais a été ajoutée. Au début du 21e siècle, Radio Beijing recourrait à 43 langues pour diffuser dans la plupart des pays. Après 1984, le groupe a créé des programmes dédiés spécialement aux étrangers vivant à Beijing, ainsi que dans douze provinces. Deuxième groupe de radio le plus influent, la station centrale de radiodiffusion du peuple (CPBS) a mis en place 34 stations dans tout le pays, apportant des programmes de diffusion d’actualités et de musique dans 34 pays. Chaque province dispose d’au moins une station de radio sous contrôle du gouvernement provincial, et de deux chaînes différentes d’intérêt général, ainsi qu’une programmation originale dans des domaines aussi variés que la finance, les affaires ou la musique. En Chine continentale, c’est la libéralisation contrôlée du secteur de l’information qui a ouvert la voie au développement des chaînes de radio. Jusqu’en 1991, 14 millions d’habitants sur Shanghai n’étaient desservis que par une seule station de radio, Radio Shanghai, qui diffusait surtout des propagandes pro-gouvernementales. Aujourd’hui, plus de 100 stations existent dans la seule région de Shanghai.

La presse écrite en Chine

La mort de Mao a été le déclencheur du renouvellement des écrits. en 1980, le pays comptait plus de 27 000 journaux et magazines. En mars 2000, 2 160 journaux chinois réalisaient un tirage annuel total de 26 milliards d’exemplaires. Cependant, tout ceci n’est qu’une estimation, le secteur de la presse écrite étant en réalité méconnu. Dans tous les cas, dix journaux se disputent la plus grande part du marché chinois : Cankao Xiaoxi, Sichuan Ribao, Gongren Riboa, Gongren Ribao, Remmin Ribao, Xinmin Wanbao, Wenhuibao, Yangcheng Wanbao, Jingji Ribao, Jiefang Ribao, Nanfang Ribao, Nongmin Ribao et Zhongguo Oingnianbao. Côté censure, l’autonomie croissante de la presse écrite se reflétait surtout dans la diversification du contenu. Les médias chinois avaient fortement critiqué les cadres dirigeant en abordant des sujets aussi fondamentaux que le droit humain, les droits universels de l’homme et la liberté de presse. Les seules restrictions inviolables pour la presse concernent probablement l’interdiction officieuse de contester le droit du PCC à gouverner et la légitimité et l’autorité décisionnelle des dirigeants actuels.

La censure en Chine

Pékin est probablement le gouvernement qui exerce les censures les plus rigoureuses et institutionnalisées au monde. Le Département central de la propagande assure la gestion des comités à cinq niveaux de la hiérarchie étatique (central, provincial, municipal, comté et canton), ainsi que le contrôle des entreprises et structures individuelles. Il contrôle aussi les journaux papiers et audiovisuels, ainsi que toute forme d’expression au moyen de médias traditionnels ou nouveaux. Cela inclut les objets et œuvres artistiques tels que livres, télévision, films, littérature, arts, établissements culturels chinois…

Les médias digitaux en Chine

Les systèmes digitaux de communication en Chine ne sont pas accessibles à tous contrairement a la France. Mais la bonne nouvelle, c’est que vous trouverez des bornes WiFi gratuites à peu près partout dans les grandes villes. Seulement, les contrôles d’accès à Internet restent sévères : vous ne pourrez pas accéder aux réseaux sociaux, aux moteurs de recherche et services connexes, ainsi qu’à plusieurs pages d’actualités. Respecter les règles de savoir vivre Chine vous évitera les problèmes durant votre séjour. Sachez que seuls Hotmail, Yahoo Mail et Skype fonctionnent assez bien, bien que la connexion soit sujette à des interruptions fréquentes pour whatsapp. Bien sûr, des services de VPN vous proposent des passerelles de connexion qui contournent la censure. Mais vous devez vous abonner à ces services bien avant votre départ de France. Aujourd’hui,elle a sa propre version de la plupart de ces sites web. Au lieu de Google, les Chinois utilisent Baidu ; au lieu d’envoyer des tweets, ils s’écrivent de messages courts de 140 caractères max sur Weibo.
Stopover
Haut
OBTENIR UN DEVIS