Jours de fêtes à Cuba : au rythme de la musique cubaine

Pourquoi faire un voyage à Cuba ? Pour frimer dans de vieilles cylindrées américaines sur le boulevard Malecón, en bord de mer à La Havane ? Pour suivre fidèlement les pas du grand révolutionnaire cubain, Che Guevara à Santa Clara ? Pour s’enivrer de bon vieux rhum, ou pour fumer des cigares d’anthologie ? Pour voir des poissons multicolores en plongée dans la mer des Caraïbes ? Allez, ici comme ailleurs, on sait bien ce que le voyageur venu de France recherche. Ce qu’il veut, c’est avant tout se retrouver nez à nez avec le bonheur sous toutes ses formes, qu’il s’agisse d’une danse endiablée en discothèque, des festivités traditionnelles en costumes…. Toute l’année, en matière de fêtes, il y a de quoi faire à Cuba… Ici une liste non exhaustive…

Du triomphe de la Révolution aux grands incendies

En janvier, l'île est l’endroit où il faut être si vous voulez passer un Nouvel An résolument atypique. C’est le « Día de la Liberación » (Jour de la libération), le jour où habitants de l'île les fêtent, en buvant et mangeant (du porc rôti et un bon vieux rhum), la victoire du révolutionnaire Fidel Castro en 1959 sur le président et dictateur Batista. Entre le 16 et le 20 janvier, entre la capitale et Santiago de Cuba, il ne faut pas rater durant son voyage le Festival international de Jazz. Bayamo, au sud-est de l'île, à une centaine de km de Santiago de Cuba, est une petite ville fondée par les Espagnols en 1513, devenue célèbre du fait de l’incendie qui la ravagea en 1869. En souvenir, ses habitants organisent toutes les années en janvier diverses représentations musicales et théâtrales, le tout s’achevant par un feu d’artifice grandiose.

Des amateurs de cigares aux carnavalesques

Fin février, début mars, se déroule dans la capitale un festival de promotion et de dégustation d’une célèbre marque de cigare local : c’est le « Festival Habano ». Séminaires, rencontres et dégustations, visites de plantations, remises de prix, concours de roulage de feuilles de tabac et dîner de gala… En mars, il y a grand carnaval sur « l’île de la Jeunesse » (« Isla de la Juventud », à 100 km environ au sud-ouest de l’île) : parades de têtes de géants, compétitions sportives, rodéos, le tout solidement arrosé… Les rues et les plages sont noires de monde. Pendant la première semaine d'avril, Baracoa, située à 4 heures de Santiago de Cuba, commémore l'arrivée d'Antonio Maceo, héros de la guerre d’Indépendance cubaine contre l’Espagne, sur la Playa Duaba, le 1er avril 1895. Carnaval plein de musiques et de danses, jusqu’au bout de la nuit. On mange, on boit, on s’amuse... Rappelons que la saison des pluies s'étend de mai à octobre, mais il y fait toujours chaud! Et si l’on a de la chance, les pluies ont lieu en fin de journée, assez brièvement. Alors durant le dernier week-end de juin, il faut savourer les « Fiestas Sanjuaneras » à Trinidad, belle et ancienne ville du centre de l'île. Ce carnaval est marqué par la fière présence des « vaqueros », des cow-boys version latine, qui s’élancent à cheval dans les rues pavées de Trinidad. Emotions fortes assurées. En juillet, c’est le carnaval de Santiago, grande ville portuaire du sud-est de l'île, à environ 800 km de la capitale. Le carnaval se prolonge durant tout le mois, avec la « Fête du Feu ». Le carnaval de Santiago de Cuba est réputé pour être le plus intense des Caraïbes : chars, danseurs et rhum s’y côtoient avec allégresse. La fin du mois est chaque année explosive.

En passant par le respect des différences, le folklore et le hip-hop

Le 17 mai (depuis 2008), après trois semaines de préparations diverses, un défilé haut en couleur et plein de musiques égaye les rues de la capitale pour le « Día Internacional Contra la Homophobia y la Transfobia », qui comme son nom l’indique vise à affirmer un respect des différences sexuelles et de genre, ce qui n’est pas anecdotique dans un pays très majoritairement catholique et plutôt traditionnel. Tout le monde passera un très bon moment ! Entre fin juin et début juillet, près de la bourgade de Las Tunas, au centre-est du pays, à environ 500 km au sud-est de la capitale, se déroule tous les ans une fête de musique folklorique et de poèmes en strophes de 10 vers, la « Jornada Cucalambeana ». Elle rend hommage à Juan Fajardo, dit « El Cucalambé », fameux poète du XIXe siècle. En août, c’est le festival annuel de hip-hop de La Havane ! Impro musicales et jeunesse sont au rendez-vous. Le tout est suivi par le fameux carnaval de la capitale (tous les week-ends du 15 juillet au 15 août), à ne manquer sous aucun prétexte. Chars, danses, spectacles de rue. La culture paysanne n’est pas en reste, avec la « Fiesta de los Bandos Rojo y Azul » (fête des équipes rouges et bleues), dans le village de Majagua, au centre de l’île, avec des concours de danse et de mélodies folkloriques.

Un Noël riche et particulièrement festif

En décembre, c’est comme si l'île n’était que fêtes et feux d’artifices. Amateurs de calme et de solitude, s’abstenir ! Il faut voir les fameuses "Parrandas de Remedios", qui se déroulent ctous les ans du 16 au 26 décembre dans la ville de Remedios, à 50 km de Santa Clara. C’est le festival de Noël le plus important des Caraïbes. La population de Remediose divise en deux équipes, chacune rivalisant d’ingéniosité pour montrer les plus beaux chars assortis des plus beaux feux d’artifice. Danse, pétards, musique, chars superbes ! La fête à l’état pur ! A la même époque, une autre ville provinciale se divise en deux et rivalise pour le plus beau des carnavals : « las Charangas de Bejucal », au sud de la province de La Havane. Les Cubains ne sont pas tristes, c’est connu. Que vous suiviez ou non le calendrier évoqué, cette terre musicale, pleine de rumba, de salsa, et de rires, vous offrira à coup sûr et avec spontanéité sa joie de vivre et des surprises au coin de chaque rue. Après toutes ces émotions de ce voyage, la France risque de sembler un peu terne !

Informations complémentaires

Stopover
Haut
OBTENIR UN DEVIS