Informations Covid-19

Le tourisme à Cuba

Qui n’a pas rêvé d’aller faire un voyage à Cuba, l’île du Che (Guevara), du mojito (les cocktails) et des vieilles américaines (les voitures, bien sûr !) - le tout sur un air de salsa, de mambo, de cha-cha-cha, et des sites touristiques à ne pas manquer ? Mais Cuba, entre les Etats-Unis et Caraïbes, cette grande île offerte, est bien plus qu’un cliché.
C’est de l’évasion à l’état brut dans un autre monde. Les températures moyennes vont de 22 degrés Celsius en février, au cœur de l’hiver, à 30 degrés à l’été. Quittez la France, embarquez donc dans une Cadillac rutilante et rose fuchsia. Elle vous emmène à La Havane, à la découverte d’un passé colonial, révolutionnaire, rythmé, et parfois encore sauvage…
Lire la suiteRéduire

Les aéroports, quand partir, et avec quoi

Vous irez en avion ! Ce qui veut dire environ 10h30 de vol sans escale depuis Paris. Ces transports sont assurés, plusieurs fois par semaine, par diverses compagnies aériennes (dont Air France). Des départs ont lieu également de Nantes, Bordeaux, Montpellier et Nice, avec escale à Madrid. Les aéroports internationaux cubains se situent dans la périphérie des villes de La Havane, Varadero, Santa Clara et Santiago de Cuba (10 aéroports internationaux au total). Quand partir à Cuba ? Pour échapper aux foules de touristes, il convient d’éviter la période comprise entre décembre et avril, mais toutes les saisons sont agréables à Cuba. En juillet et aout, les Cubains aussi sont en vacances, il y a donc également affluence. Peu importe, allez-y ! Et allez-y, en tout cas, avec :
  • votre passeport, en cours de validité
  • une carte de tourisme (qui vous donnera une permission de séjour de 30 jours, éventuellement renouvelable pour une durée identique auprès de la direction de l’immigration et des étrangers de La Havane). Cette carte vous coûtera environ 30 euros et peut être demandée au Consulat de Cuba à Paris (16 rue de Presles, 75015. Tél. 01 45 67 55 35. Fax 0145670891) ou auprès de l’agence « Novela Travel » (14 bis, rue des Minimes, 75003. Tél. 01 73 21 16 80. Site www.novelacuba.com). La carte touristique est valable 6 mois à compter de sa date d'émission.
  • une assurance voyage, couvrant les frais médicaux et l’assistance en cas de rapatriement (les cartes de paiement Visa et MasterCard délivrent des justificatifs par Internet). Les voyageurs sans assurance médicale de voyage devront obligatoirement souscrire l’assurance médicale cubaine Asístur (3 CUC par jour –le CUC est la monnaie locale et vaut environ 0,90 €).
  • La douane n’autorise pas l’entrée à Cuba sans billet retour.
Attention au poids des bagages : en soute, les bagages ne doivent pas excéder environ 20 kg (selon la compagnie aérienne et ses conditions tarifaires), sous peine de devoir payer un supplément. Le bagage à main autorisé pèse généralement de 5 kg. Pour ce qui est des vaccins, aucun n’est exigé, mais la prudence conseille d’être armé contre la typhoïde et l’hépatite A, en plus des vaccins classiques tels que DTPolio, tétanos, et autres. Il est prudent de se munir d’une trousse de médicaments de base (antibiotiques, paracétamol, anti-diarrhéique), et d’avoir sous la main un spray anti-moustiques (dengue). Une fois sur place, des liaisons intérieures, effectuées par les compagnies : Cubana de Aviación, Air Caraïbes et Aerogaviota, sont possibles, mais seulement via La Havane, et il faut réserver longtemps à l’avance. Les retards sont fréquents. Sur le territoire cubain, le voyageur averti préférera le bus, même pour de longues distances (compagnie Víazul.com, compagnie Conectando, bus locaux des gares routières…). Les chemins de fer, s’ils existent, sont peu fiables : de nombreux retards sont à prévoir. En ville, le taxi est recommandé, avec pour les principales villes, la possibilité du « bici-taxi », vélo à 3 roues muni de 2 sièges derrière le conducteur (convenir du prix de la course avant de monter). Il y a 5 à 6 heures, selon la saison, de décalage horaire avec la France : quand le Parisien écrase une cigarette sous la lune haute à Montmartre, le Cubain entame un bon cigare, dans la fin de l’après-midi…

Les sites touristiques : les incontournables, et les surprises

Les incontournables

La Havane

La capitale cubaine, assez touristique, est la destination à ne pas manquer: Plaza de Armas, Museo de la ciudad, Palacio del segundo Cabo, Plaza de la Catedral de San Cristobal, Palacio del Marques de Arcos, Museo de Arte Colonial, Museo Taquechel… Il faut flâner dans les rues de la ville, se balader à pied ou en voiture sur le célèbre Malecón, long boulevard du front de mer bordé d'édifices magnifiques et en restauration. C’est un tourisme de promenades, agréable et coloré.

Santiago

La deuxième ville du pays, ville portuaire au sud-est du pays, à environ 750 km de la capitale. Avec son musée de la piraterie et l’ancienne maison de Diego Velázquez.

Trinidad

Une ville ancienne, dans le centre de Cuba, un peu endormie depuis 1850. Superbe, avec ses demeures coloniales.

Santa Clara

A environ 300 km au sud-est de la capitale. Santa Clara, qui en 1958 vit la victoire des rebelles, menés par Che Guevara, sur la dictature de Batista, reste marquée à tout jamais par ce passé explosif. Elle ne s’est pas pour autant refusée à la modernité : vie nocturne festive et artistes vous accueillent.

Camaguey

Au centre, à 500 km au sud-est de la capitale. Ville coloniale par excellence, surnommée « la ville des églises », dont le plan ressemble à un labyrinthe et marquée par la piraterie : un voyage dans le passé.

Les surprises

Pour la plongée ou le farniente… Les « Cayos » sont des iles ou îlots, nombreux dans la mer des Caraïbes.

Cayo Jutias

Une petite île paradisiaque, presque déserte, avec palmiers et eaux turquoise (depuis Viñales, compter environ 2h30 pour 70 km de distance). Elle est reliée à la terre par une route traversant la mangrove.

Cayo Levisa

Dans la région de Pinal del Rio, non loin de Viñales, une autre île, couverte de mangrove, se rejoint seulement par bateau (trajet d’environ une demi-heure). Pédalos, canoés, catamarans, calme, luxe et volupté.

Pour la plongée, le farniente, ou la danse jusqu’au bout de la nuit

Varadero

Sur la côte nord de Cuba, immense station balnéaire donnant sur l’Atlantique. De longues plages de sable fin, et les discothèques. Après ses exploits aux Etats-Unis, Al Capone venait s’y reposer, en hôtel de luxe. Il y a même un parcours de golf.

Matanzas

A environ 60 km de Varadero, belle ville portuaire, avec un musée de la pharmacie ! (longues rangées de bocaux d’époque…) et, surtout, pour les apprentis spéléologues, de superbes grottes qui se visitent en groupe et avec guide : Cuevas de Bellamar. Du tourisme de découvertes, avec, toujours, excursions à vélo, plongée sous-marine et farniente...

Pour du tourisme à vélo

la vallée de Viñales

Des paysages verdoyants, un écrin pour l’ancienne ville de Viñales. On y cultive encore le tabac et la canne à sucre. De petites montagnes rocheuses, les « mogotes », s’élèvent au milieu des champs, le reste étant relativement plat. Si vous n’êtes pas féru de vélo, le pays se prête aussi très bien à de belles randonnées à pied ou à une excursion à cheval.

Pour l’observation de la faune et de la flore

la péninsule de Zapata

Un endroit resté sauvage. De nombreuses espèces d’oiseaux peuplent les rivages, du colibri au flamant rose. Pour les touristes aventuriers et amoureux de la nature.

Pour marcher en pleine nature, au sein de paysages magnifiques

le Grand Parc « Topes de Collantes ».

le parc national de Baconao

Avec ses 452 marches au cœur d’une végétation luxuriante. La vallée de la préhistoire, qui en fait partie, est plus accessible en voiture et comporte des statues grandeur nature d’animaux préhistoriques.

Baracoa, en bord de mer

Avec de nombreuses plages et le Parc Alejandro de Humboldt, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Pour cheminer au sommet !

le Pico Turquino

Ou « Pic Turquoise » (1 974 mètres d'altitude).La plus haute montagne de Cuba. Guide obligatoire, trek de 17 km en 2 ou 3 jours au travers de forêts.

Les éventuels dangers et désagréments

  • Les intempéries naturelles. Cuba est soumise à un risque de cyclone important entre juin et novembre, avec de fortes pluies durant cette période.
  • Les vols à l’arrachée et autres petits larcins. Il convient d’être discret avec ses bijoux, son téléphone portable, son appareil photo… ce sont des conseils de bon sens.
  • La mendicité est fréquente et insistante, du fait de la situation économique du pays, encore fragile.

Des conseils pour vos voyages avisés à Cuba

  • Parler. La langue nationale est l’espagnol.
  • Payer. Deux monnaies coexistent à Cuba, le « peso cubano » (CUP ou « moneda nacional »), pour les Cubains, et le « peso convertible » (CUC), pour les étrangers. Le « peso cubano » peut vous être demandé pour certains achats (au marché, dans les bus, dans certains restaurants…).
  • Se faire soigner. Un service de santé payant existe pour les étrangers en séjour à Cuba : «Servimed » (www.servimedcuba.com). Les centres Servimed acceptent les patients sans rendez-vous, alors que dans les hôpitaux nationaux, les locaux sont prioritaires.
  • Se déplacer en voiture. Les routes sont mal entretenues, et le bus est plus sûr, mais sur place, des agences de location de voitures proposent leurs services. Le permis français est accepté. Il faut être âgé de 21 ans au moins. Les voitures sont louées avec une assurance obligatoire (15-30 CUC par jour), qui couvre tous les incidents sauf le vol de l’autoradio (à ranger dans le coffre de la voiture durant la nuit) et des pneus.
  • Dormir. Les « casas particulares » (logement chez l’habitant) sont moins chères que l’hôtel et permettent un réel contact des touristes avec les Cubains. Une chambre double dans un hôtel coûte dans les 200-300 CUC, alors qu’une chambre chez l'habitant oscille entre 25 et 45 CUC.
Alors, votre valise est prête ? Parmi tous les voyages possibles, Cuba reste actuellement l’une des destinations, les plus authentiques, des plus dépaysantes au monde. Il est urgent de voir Cuba, allez-y !
Stopover
Haut
OBTENIR UN DEVIS