Informations Covid-19

Médias au Sri Lanka

Le Sri Lanka possède différents canaux d'information incluant la radio, la télévision ainsi que la presse écrite et numérique (avec accès aux réseaux sociaux de type Facebook). Mais si le développement de ces médias présente un aspect positif pour la vie locale, le pays a de longue date été sujet à une vive répression du gouvernement.

* prix à partir de sur une base 2 personnes

Les médias au Sri Lanka, une ouverture progressive

En 1973, l'état a créé une loi du Conseil de la presse, obligeant tous les supports de l'information sur le sol sri-lankais à s'enregistrer auprès des autorités. Ce même Conseil peut amender, verbaliser et même emprisonner tout journaliste qui défie cette loi. Cette dernière s'est étendue plus récemment aux sites internet, s'attaquant principalement à un média d'opposition avec des dizaines d'arrestations. Pour la seule décennie écoulée, on compte 17 journalistes tués, sans qu'aucun coupable n'ait jamais été arrêté et traduit en justice.

Depuis les récentes élections de janvier 2015, des avancées dans certaines enquêtes ont été faites, sur volonté de Maithripala Sirisena de ne pas laisser ces crimes impunis et de communiquer sur les dangers sur place au Sri Lanka. Le monde de la presse reste cependant méfiant, bien que le gouvernement assure que les personnes travaillant comme journaliste ne craignent plus d'exactions. Mais certaines attaques dont celle du journaliste Freddy Gamage en juin 2016 ne rassurent pas les acteurs de la profession et les observateurs internationaux en France et aux USA.

Enfin, une nouvelle loi est tombée en mars 2016, forçant tous les supports de l'information à s'enregistrer auprès du gouvernement, sous risque d'être considéré comme illégal. Un climat qui entachait les progrès sur la libéralisation progressive des médias sri-lankais.

La Radio au Sri Lanka

La radiodiffusion nationale est assurée par le groupe public majoritaire du Sri Lanka : le Broadcasting Corporation (SLBC). Plusieurs stations de radio diffusent sur les diverses régions de l'île. Les chaînes principales sont Gold FM, EFM, Yes FM, Lite FM ou encore TNL Rocks. La plupart d'entre elles diffusent des programmes orientés vers la pop occidentale avec des programmes très festifs. La langue d'édition majoritaire des stations est tamoule ou anglaise.

La chaîne Sirasa FM permet d'entendre une sélection relativement variée de la musique locale. Une autre chaîne locale appelée Shree FM permet de découvrir la culture musicale cinghalaise ; c'est une radio qui est passablement diffusée dans les lignes de bus.

La presse écrite au Sri Lanka

Certains journaux principaux appartiennent au gouvernement, notamment le Sunday Observer et le Daily News. En outre, plusieurs journaux indépendants ont réussi à se développer avec prudence en abordant les sujets de politique intérieure. Les journaux principaux anglophones publiés sont le Daily News, The Islande et le Daily Mirror.

Les trois éditions dominicales sont le Sunday Times, le Sunday Observer et le Sunday Leader. Ce dernier est particulièrement connu pour ses nombreuses critiques envers le gouvernement et ses altercations qui ont eu pour conséquence l'assassinat en 2009 du rédacteur en chef. Un drame qui reste dans les esprits, restant comme beaucoup d'autres exactions encore impuni à ce jour.

La télévision au Sri Lanka

Hormis les chambres d'hôtel milieu et haut de gamme qui sont équipées de la télévision par satellite, vous ne découvrirez que peu de chaînes de télévision. En effet, les chaînes du groupe public Rupavahini Corporation : Rupavahini ainsi que ITN et Channel Eye ont une programmation presque totalement tamoule et cinghalaise. Certaines chaînes locales terrestres diffusent des émissions en anglais, mais rarement des films sous-titrés (vous découvrez plutôt des émissions de télé-achat, de la musique pop ou encore des vidéos de spectacles pour enfants). Pour consulter des chaînes françaises ou d'autres, il faut être équipé d'une installation satellite.

Internet et les réseaux sociaux

L'accès à internet a été grandement accéléré récemment en faveur de la société sri lankaise. En effet, la firme Google a mis en place un projet d'accès sur l'ensemble du territoire grâce à Google Loin (lancement de ballons). Cela permet aux locaux d'accéder à moindres coûts à internet, même jusqu'aux régions les plus reculées.

Des bornes Wi-Fi sont installées dans toutes les villes ; en payant un forfait horaire d'environ 100 à 150 RS, on peut consulter les réseaux sociaux tels que Facebook, vérifier les e-mails et consulter les sites d'information internationaux (France, Occident). Les établissements hôteliers ainsi que les restaurants proposent aussi une connexion Wifi gratuite (débit variable et parfois approximatif mais régulier).

Stopover
Haut
OBTENIR UN DEVIS